Mes Bilans Lectures

Bilan de Lecture, Juin 2020.

Post Bilan de Juin ! Par habitude, je poste toujours cet article un peu plus en retard que je ne le devrais, mais l’important pour moi est de tout de même faire une petite rétrospective, un court article qui synthétise mes lectures du mois, que cet article arrive trop tard ou trop tôt. Il faudrait surtout que j’apprenne à poster tout le reste à temps, mais ce n’est pas dans ma nature, visiblement.

Quelques informations clé avant de commencer ce post ! Juin 2020 pour moi, c’est le retour à des lectures un peu plus sérieuses et élaborées après un ras-le-bol général de la romance, et surtout de la New Romance, qui n’arrivent pas à me ravir comme les lectures difficiles et ardues savent si bien le faire, celles qui, je trouve, ont un peu plus de sens. Pour cela, je me suis procurée cinq romans un peu plus dans ce style-là. Parmi ces cinq lectures :

  • 1,354 pages lues.
  • 0 service de presse.
  • 5 lectures seules.
  • 2 Classiques, 2 Autobiographies, 1 Essai.
  • 2 Coups de cœur.

Concernant mon challenge de l’année avec 50 lectures à lire d’ici le 31 Décembre prochain, j’ai officiellement dépassée la moitié de l’objectif puisque ces cinq lectures montent le total à 27 livres !

#1 : ALEXIS OU LE TRAITE DU VAIN COMBAT, MARGUERITE YOURCENAR

Note : 5 sur 5.

Je ne savais pas qu’il est plus difficile de ne céder qu’une fois, que de ne céder jamais.

TITRE : Alexis ou le traité du vain combat

AUTEUR : Marguerite Yourcenar

ÉDITÉ PAR : Editions Gallimard, collection Folio.

NOMBRE DE PAGES : 120 pages

DATE DE PARUTION : 1929

GENRE : Littérature Classique

PRIX : 7,50€ (poche)

RÉSUMÉ : Comme tous les héros de Marguerite Yourcenar, Alexis s’interroge pour mieux comprendre le monde et mieux se comprendre lui-même. Il cherche à sortir d’une situation fausse qui est l’échec de son mariage. Une longue lettre forme tout le récit où il prend sa femme à témoin du vain combat qu’il a mené contre son penchant naturel et sa vocation véritable. Alexis est le premier roman de Marguerite Yourcenar et a révélé son grand talent d’écrivain.

MON AVIS : Une très belle découverte qui parle de sujet actuels et modernes, qui résonneront peut-être mieux aujourd’hui qu’à l’époque de sa publication où le thème pouvait être considéré comme scandaleux. La plume de Marguerite Yourcenar, que j’ai découvert pour la première fois avec cette belle histoire de vie, est absolument magnifique et sait faire entendre les voix de ses personnages, leurs douleurs et leurs désirs écrasés par le poids de la norme sociale, au risque de ne plus jouir de sa propre liberté d’aimer et d’être aimé.

Lien de l’article ici.

#2 : LES FAUX-MONNAYEURS, ANDRE GIDE.

Note : 4.5 sur 5.

Un jour vient où l’être vrai reparaît, que le temps lentement déshabille de tous ses vêtements d’emprunt; et, si c’est de ces ornements que l’autre est épris, il ne presse plus contre son cœur qu’une parure déshabitée, qu’un souvenir… que du deuil et du désespoir.

TITRE : Les Faux-Monnayeurs.

AUTEUR : André Gide

ÉDITÉ PAR : Editions Gallimard, collection Folio.

NOMBRE DE PAGES : 378 pages

DATE DE PARUTION : 1925

GENRE : Littérature Classique.

PRIX : 8,50€

RÉSUMÉ : « Depuis quelque temps, des pièces de fausse monnaie circulent. J’en suis averti. Je n’ai pas encore réussi à découvrir leur provenance. Mais je sais que le jeune Georges – tout naïvement je veux le croire – est un de ceux qui s’en servent et les mettent en circulation. Ils sont quelques-uns, de l’âge de votre neveu, qui se prêtent à ce honteux trafic. Je ne mets pas en doute qu’on abuse de leur innocence et que ces enfants sans discernement ne jouent le rôle de dupes entre les mains de quelques coupables aînés. »

MON AVIS : Les Faux-Monnayeurs, malgré une histoire dans le fond sans réel intérêt romanesque, mélangent plusieurs intrigues pour mieux les démêler et présente une tranche de vie au service de la réflexion narrative, technique, littéraire. Bien que le roman soit complexe et difficile à déchiffrer, il est avant tout protéiforme puisqu’il se lit tantôt comme un journal de bord, une autobiographie, un roman, un essai, une fiction.
Malgré des premières pages difficiles à passer en raison d’une absence d’intrigue romanesque forte et d’une police de caractère minuscule, inadaptée à la densité et l’ampleur de cette œuvre, nulle doute qu’elle saura à la fois vous divertir et vous interroger, si tant soit peu que aimiez vous prendre la tête !

Lien de l’article ici.

#3 : LE CONSENTEMENT, VANESSA SPRINGORA. (COUP DE COEUR !)

Note : 5 sur 5.

Pourquoi une adolescente de quatorze ans ne pourrait-elle aimer un monsieur de trente-six ans son aîné ? Cent fois, j’avais retourné cette question dans mon esprit. Sans voir qu’elle était mal posée, dès le départ. Ce n’est pas mon attirance à moi qu’il fallait interroger, mais la sienne. 

Vanessa Springora.

TITRE : Le Consentement

AUTEUR : Vanessa Springora

ÉDITÉ PAR : Editions Grasset.

NOMBRE DE PAGES : 205 pages

DATE DE PARUTION : 02 Janvier 2020

GENRE : Témoignage, Littérature Contemporaine

PRIX : 18,00€

RÉSUMÉ : « Depuis tant d’années, je tourne en rond dans ma cage, mes rêves sont peuplés de meurtre et de vengeance. Jusqu’au jour où se présente enfin, là, sous mes yeux, comme une évidence : prendre le chasseur à son propre piège, l’enfermer dans un livre. »
Séduite à l’âge de quatorze ans par un célèbre écrivain quinquagénaire, Vanessa dépeint, trois décennies plus tard, l’emprise que cet homme a exercée sur elle et la trace durable de cette relation tout au long de sa vie de femme. Au-delà de son histoire intime, elle questionne dans ce récit magnifique les dérives d’une époques et la complaisance d’un milieu littéraire aveuglé par le talent et la notoriété.

MON AVIS : D’une plume claire et incisive, Vanessa Springora nous racontée l’emprise exercée par Gabriel Matzneff qu’elle rencontre à l’âge de 14 ans alors qu’il en a 50. Pédophile, pervers narcissique, tout lui est pourtant pardonné au nom du statut ; car c’est bien la place de l’artiste, et le laxisme d’une époque que Vanessa Springora attaque et dénonce ici.
Sous couvert de la liberté sexuelle, l’hypocrisie du monde artistique est plus retentissant que jamais ; nier l’histoire des victimes sous l’éclat des récompenses, comme un écho aux Césars 2020 de février dernier.
Ce témoignage glaçant, scotchant, poignant, pour son courage, qui vaut pour moi à son récit d’être classée comme une œuvre de référence, à lire au moins une fois dans sa vie.

Lien de l’article ici.

#4 : UNE VIE, SIMONE VEIL. (COUP DE COEUR !)

Note : 5 sur 5.

Chaque jour, Maman se tient près de moi, et je sais que ce que j’ai pu accomplir dans ma vie l’a été grâce à elle.

SIMONE VEIL.

TITRE : Une Vie.

AUTEUR : Simone Veil

ÉDITÉ PAR : Editions Stock

NOMBRE DE PAGES : 416 pages

DATE DE PARUTION : 31 Octobre 2007

GENRE : Autobiographie.

PRIX : 22,90€ (grand format) / 7,90€ (poche)

RÉSUMÉ : C’est un événement. Simone Veil accepte enfin de se raconter à la première personne.
De son enfance niçoise dans une famille juive complètement assimilée, et de sa déportation à Auschwitz avec sa mère et l’une de ses sœurs en mars 1944, jusqu’à ses fonctions les plus récentes, elle a su s’imposer comme une figure singulière et particulièrement forte dans le paysage politique français. Femme libre s’il en est, elle a exercé le pouvoir sans jamais le désirer pour lui-même mais pour améliorer, autant qu’elle l’a pu, les conditions de vie de ses concitoyens : à l’administration pénitentiaire, puis au ministère de la Santé dans le gouvernement Chirac sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing – c’est là qu’elle fait voter, contre son camp, la loi sur l’IVG ; à la présidence du Parlement européen, où elle se montre capable de tenir tête au Premier Ministre français, Raymond Barre ; comme ministre des Affaires Sociales, de la Santé et de la Ville dans le gouvernement dirigé par Balladur et présidé par François Mitterrand ; au Conseil constitutionnel ainsi qu’à la Fondation pour la mémoire de la Shoah.
Fidèle à ce qu’elle estime être la fonction des rescapés des camps de la mort, elle a témoigné, chaque fois qu’elle l’a pu, en France comme partout, de son expérience d’Auschwitz.
Mais cette femme de mémoire n’est jamais nostalgique, jamais passéiste, elle n’a souci que du monde de demain, celui qu’elle lèguera à ses petits-enfants et à ses arrière-petits enfants dont la place est grande dans sa vie.
Elle a beaucoup voyagé, rencontré la plupart des « grands » de ce monde, vécu de près les événements majeurs du XXe siècle. Elle en parle sans forcer sa voix, mais on l’entend.

MON AVIS : De la douleur éprouvée par la Shoah à sa carrière politique brillante mais terriblement complexe à appréhender, la vie de Simone Veil est un récit magnifique et un exemple à appliquer. Elle évoque ses combats et ses pensées sans détour, sans s’excuser ni se cacher, profondément libre et authentique jusqu’à la moelle dans ses convictions comme dans ses reproches.
Une très belle lecture, édifiante, à lire une fois dans sa vie pour mieux connaitre cette femme admirable qui a joué un rôle si importante dans la construction de notre pays et de l’Europe, et pour laquelle il est difficile de ne pas lui vouer une grande admiration. La mienne est dorénavant sans limite, et je suis infiniment reconnaissante de tous les combats qu’elle a menés de front dans notre intérêt.

Lien de l’article ici.

#5 : HIPPOCRATE AUX ENFERS, MICHEL CYMES.

Note : 4 sur 5.

TITRE : Hippocrate Aux Enfers, les médecins des camps de la mort.

AUTEUR : Michel Cymes

ÉDITÉ PAR : Editions Stock.

NOMBRE DE PAGES : 216 pages

DATE DE PARUTION : 14 Janvier 2015

GENRE : Essais, Etude.

PRIX : 18,50€ (grand format), 7,40€ (poche).

RÉSUMÉ : « C’était là.
C’est là que tant de cobayes humains ont subi les sévices de ceux qui étaient appelés « docteurs », des docteurs que mes deux grands-pères, disparus dans ce sinistre camp, ont peut-être croisés.
Je suis à Auschwitz-Birkenau.
Il s’agit d’un voyage de mémoire, un pèlerinage personnel que j’ai maintes fois repoussé.
Là, devant ce bâtiment, mon cœur de médecin ne comprend pas. Comment peut-on vouloir épouser un métier dont le but ultime est de sauver des vies et donner la mort aussi cruellement ? Ils n’étaient pas tous fous, ces médecins de l’horreur, et pas tous incompétents.
Et les résultats de ces expériences qui ont été débattus, discutés par des experts lors du procès de Nuremberg ? Ont-ils servi ? Ont-ils été utilisés par les alliés après la guerre ? Que sont devenus les médecins qui ont été « exfiltrés » ?
Quand la nécessité est devenue trop pressante, quand j’ai entendu trop de voix dire, de plus en plus fort, que ces expériences avaient peut-être permis des avancées scientifiques, j’ai ressorti toute ma documentation et je me suis mis à écrire.
»

MON AVIS : Ce livre est avant tout, comme le dit modestement Michel Cymes en préambule, une modeste contribution au devoir de mémoire que nous nous devons de faire pour que de telles horreurs n’arrivent plus jamais ; une étude qui permet de poser un autre regard sur les agissement de tous un chacun après la Libération : une manière de nous rappeler, sans détour, que ces médecins, avant d’être des scientifiques, sont surtout des meurtriers qui ont perverti le rôle de la médecine à des fins criminelles.
Sans prétention historique d’un point de vue scientifique, il s’agit tout de même d’un ouvrage terriblement douloureux, mais fortement intéressant. C’est un livre qui apporte des connaissance, de l’humain, de l’empathie, de l’histoire, et un violent coup au cœur à mesure que l’on découvre toute l’horreur dont les hommes sont capables, et que nous devons nous rappeler afin de ne plus jamais tomber dans de telles atrocités.

Lien de l’article ici.

Voilà pour ce bilan ! De manière très globale, j’ai adoré mes lectures de ce mois-ci, où j’ai tout de même eu deux énormes coups de coeur ainsi qu’une belle découverte avec les Faux-Monnayeurs et un torrent d’émotions pour Hippocrate Aux Enfers. Même si je reste loin de la frénésie que j’avais manifesté en Février dernier avec 11 livres lus, je reprend peu à peu du poil de la bête ! Je vous retrouve en Juillet pour le prochain post bilan, qui je l’espère sera encore plus complet !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s