Blog Feed, Mes Revues Littéraires

Leur sang coule dans tes veines, Rachel Burge.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 1.png

ALERTE COUP DE COEUR !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du coup de cœur absolu qu’à été pour moi ce premier tome de Leur sang coule dans tes veines par Rachel Burge ! C’était la sortie littéraire que je n’attendais pas et qui m’a complètement fait craqué quand je l’ai vu en librairie, résultat j’ai tout simplement dévoré le roman, si bien que j’étais à la fois heureuse et triste quand je l’ai refermée. 

C’est le premier coup de cœur aussi intense que je ressens depuis La Passe-Miroir !

Bref, il faut qu’on en parle !

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 2-1.png

Note : 5 sur 5.

Tout le monde dit que le chagrin finit par s’atténuer avec le temps, comme une mauvaise grippe. Mais personne ne dit qu’au début, ça fait l’effet d’un coup de poing dans le ventre.

TITRE : Leur sang coule dans tes veines, T1

AUTEUR : Rachel Burge

ÉDITÉ PAR : Casterman Editions

NOMBRE DE PAGES : 336 pages

DATE DE PARUTION : 05/01/2022

GENRE : Fantasy, Mythologie Nordique, Jeunesse

PRIX : 16.00 € (broché) / 9.99€ (e-book)

RÉSUMÉ : Je n’ai aucun souvenir de ma chute. Ce que je sais, c’est que depuis je ressens les émotions des gens en les touchant. Alors je décide de retourner là où l’accident s’est produit : chez ma grand-mère en Norvège. Elle pourra peut-être me dire ce qui m’arrive. Mais quand je débarque sur l’île de Skejbne où elle habite, elle est introuvable. Un garçon inconnu squatte sa maison. Et des ombres étranges gravitent autour de l’arbre dont je suis tombée…

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 3.png

Même avec un mauvais départ dans la vie, on est capable de créer une belle tapisserie. Pour cela, il faut faire les bons choix.

Leur sang coule dans tes veines raconte l’histoire de Martha, une jeune fille de dix-sept ans devenue borgne depuis qu’elle est tombée de l’arbre chez sa grand-mère en Norvège. A cette infirmité physique s’ajoute pour notre héroïne l’étrange capacité de pouvoir apercevoir et ressentir des bribes du passé des personnes dont elle touche les vêtements. Lorsque que nous la rencontrons, Martha, torturée par des questions sans réponses, se dirige vers la Norvège pour y retrouver Mormor (sa grand-mère) afin de comprendre…

Si la Norvège estivale est sujette à un soleil sans fin, qui ne se couche presque jamais, en hiver, c’est une tout autre histoire, car il ne brille que quelques petites heures par jour. Le reste de la journée est plongée dans la nuit… 

Et la nuit, chacun le sait, c’est là que les mystères aiment le plus jouer avec nos peurs. Des ombres entourent la maison de Mormor, des hurlements incessants retentissent dans la forêt, et pour couronner le tout, Martha est seule – ou presque. Une peur terrible s’empare d’elle lorsqu’elle regarde l’arbre duquel elle est tombée – pire, elle en a même des hallucinations visuelles et auditives quand elle s’approche.

Chaque jour, tu écris ta propre histoire avec tes pensées, tes paroles et tes actes. Tu te crées toi-même. C’est toi qui décides du récit que tu vas vivre, et personne d’autres que toi.

Un peu comme Percy Jackson baignait dans la mythologie grecque, Martha, elle, est entourée par les traces de la mythologie nordique ; la jeune fille n’y connaît rien que les histoires fantasques et effrayantes racontées par sa Mormor – mais cela ne peut pas être réel, si ? – ne comprend même pas le norvégien. Elle ignore tout de son héritage, et il s’agit justement de tout l’intrigue de ce premier et excellent tome : accepter, comprendre cet héritage dangereux, grandiose et effrayant.

Dans la vie, il y a des circonstances sur lesquelles nous n’avons aucune prise : le lieu et le moment de notre naissance, l’identité de nos parents.

Alors qu’elle arrive enfin chez Mormor, impossible de la trouver ; à la place, Martha déniche Stig, un squatteur adolescent au look gothique. L’hiver est rude en Norvège, l’ambiance oppressante, Martha laisse donc – un peu à contrecœur – Stig rester.

Parlons un peu de ces personnages, qui sont tous les deux terriblement attachants. Martha, l’héroïne, est une adolescente complexée par son oeil borgne ; la jeune femme se trouve repoussante, ne voyant en elle qu’un monstre. Pourtant, si ce mal-être vit en elle, Martha ne se laisse pas submerger par cela : sa quête de réponses passe avant tout, et son empathie, sa compassion et son courage sont des qualités qu’elle est la seule à ne pas voir (sans mauvais jeu de mots).

Stig, de son côté, est un adolescent gothique qui s’est échappé après avoir vécu un terrible drame personnel. Sous sa couche d’humour réconfortante – surtout dans l’ambiance effrayante de l’intrigue – beaucoup d’émotions et de sensibilité se bousculent. Un certain nombre de mystères entourent également le garçon.

Ses yeux sont emplis d’un terrible tumulte. Un océan agité par une tempête, un océan qui pourrait me faire sombrer si je m’avisais d’y plonger.

La relation qui se noue entre Martha et Stig est tout simplement incroyable, véritable fil conducteur de l’intrigue, tant au niveau de son évolution que sur la description des émotions de chacun. Livrés à eux-mêmes, les deux inconnus ne peuvent compter que l’un sur l’autre, et s’épaulent mutuellement. 

J’ai particulièrement apprécié la manière dont leur lien est écrit et décrit, les émotions explorées avec beaucoup d’empathie – j’ai tout ressenti pendant ma lecture, c’était juste fou. L’évolution est douce et subite à la fois, la plume et l’intrigue poétiques. En peu de temps, un lien fort et profond naît entre les deux héros.

Il a un visage étrange, avec son nez très droit, ses lèvres pleines et de drôles d’yeux en amande. Sa tenue aussi est étrange, il porte un gilet de costume sur une chemise noire à rayures, un jean noir moulant avec des déchirures aux cuisses, comme si un monstre lui avait donné des coups de griffes, et des bottes noires d’où dépassent des clous sur le coté.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 6.png

Rien ne peut faire disparaître la tache faite par une âme en peine.

Une fois le roman ouvert, il sera difficile de résister à l’envie d’en lire toujours un peu plus.

Son écriture simple et poétique plante le décor et une intrigue captivante, entraînante dans les méandres de la mythologie nordique et du poids de l’héritage familial. Rachel Burge mélange avec brio la magie de l’univers de la fantasy à la tension du thriller pour un roman qui nous tient en haleine du début à la fin. 

La fin de ce premier tome nous laisse entrevoir d’autres mystères et zones d’ombres à éclairer, et vous aurez hâte d’avoir le tome 2 entre vos mains – pas avant l’automne 2022 (si vous saviez comme je suis frustrée d’attendre aussi longtemps) !

Allez-vous craquer pour cette incroyable histoire ?

2 réflexions au sujet de “Leur sang coule dans tes veines, Rachel Burge.”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s