Blog Feed, Quartier Cinéma

Mort sur le Nil, Kenneth Branagh

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 1.png

Petite, j’adorais regarder les Petits Meurtres d’Agatha Christie à la télévision ; il m’arrive parfois de regarder des rediffusions d’Hercule Poirot… 

Alors forcément, la sortie de Mort sur le Nil était l’occasion de me replonger dans le monde d’Agatha Christie. En perspective : passer un bon moment, faire marcher mes petites cellules grises pour deviner avant le célèbre détective qui répand la mort sur le fleuve égyptien pour la première fois – car, non, je n’ai jamais réussi à battre Poirot jusqu’à présent… et parce que je n’ai jamais lu le roman !

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 2-1.png

Note : 3.5 sur 5.

Le meurtrier est l’un d’entre vous.

TITRE : Mort sur le Nil

REALISATEUR : Kenneth Branagh

SCENARIO : Michael Green, d’après le roman d’Agatha Christie.

SOCIETE DE PRODUCTION : 20th Century Studios, Scott Free Productions

SOCIETE DE DISTRIBUTION : Walt Disney Studios Motion Pictures

MUSIQUE : Patrick Doyle.

DISTRIBUTION : Kenneth Branagh (Hercule Poirot), Gal Gadot (Linnet Ridgeway), Emma Mackey (Jacqueline de Bellefort), Tom Bateman (M.Bouc), Annette Benning (Euphemia Bouc), Russell Brand (Dr. Windlesham), Ali Fazal (Andrew Katchadouriaan), Dawn French (Mme Bowers), Armie Hammer (Simon Doyle), Rose Leslie (Louise Bourget), Sophie Okonedo (Salomé Otterbourne), Letitia Wright (Rosalie Otterbourne), Jennifer Saunders (Mary Van Schulyer)

DATE DE SORTIE (FRANCE) : 9 Février 2022

GENRE : Policier

DUREE : 127 minutes (2h07)

SYNOPSIS : Au cours d’une luxueuse croisière sur le Nil, ce qui devait être une lune de miel idyllique se conclut par la mort brutale de la jeune mariée. Ce crime sonne la fin des vacances pour le détective Hercule Poirot. A bord en tant que passager, il se voit confier l’enquête par le capitaine du bateau. Et dans cette sombre affaire d’amour obsessionnel aux conséquences meurtrières, ce ne sont pas les suspects qui manquent ! S’ensuivent une série de rebondissements et de retournements de situation qui, sur fond de paysages grandioses, vont peu à peu déstabiliser les certitudes de chacun jusqu’à l’incroyable dénouement !

Bien que ce soit l’une des plus célèbres aventures du détective, je ne connaissais rien à l’histoire de Mort sur le Nil, c’est donc sans autre références que mes souvenirs de télévision que je me suis rendue à la séance ; comme je m’y attendais, le film ne m’a pas déçue ! Bon casting, une réalisation visuellement magnifique ; j’ai été directement plongée dans l’univers du film, bien qu’un peu long au démarrage. Malgré tout, il ne m’a pas autant plu que ce que j’aurais espéré.

Commençons par les éléments notables qui font de Mort sur le Nil un bon film policier : visuellement, il est magnifique. Décors londoniens, paysages égyptiens, nous en prenons tout de suite plein la vue, pour mieux donner vie à l’univers imaginé par Agatha Christie. Immédiatement, nous sommes happés par les plans. Le film s’ouvre avec des images en noir et blanc durant la Première Guerre Mondiale, où un Poirot plus jeune nous fait montre de son intelligence au service de l’armée. Avec une entrée en matière aussi forte, difficile de ne pas être happée par le reste de l’intrigue.

Kenneth Branagh, qui tient aussi le rôle du détective, a un certain goût de la mise en scène et nous retient captif d’une époque, celle des années trente, que nous ne connaissons plus à grand renfort de musiques, de costumes, de détails, et cela fonctionne. Le tout, porté par des actrices comme Gal Gadot (Wonder Woman, Red Notice), Emma Mackey (Eiffel, Sex Education), qu’on a plaisir à découvrir dans ces rôles.

Pour les connaisseurs, on ne peut pas dire que le film soit original, ou crée la surprise. Seule exception : l’origine de la célèbre moustache de Poirot, et une intrigue personnelle qui creuse un peu le personnage, et l’humanise un peu plus. Cet ajout relève un peu le niveau quant à l’originalité du film, et s’y intègre bien.

Le film est divertissant, facile à suivre ; on ne s’ennuie pas, du début à la fin. Même si le début est un peu lent, l’intrigue finit par s’écouler naturellement, fluide. Découvrir Mort sur le Nil, c’est être assuré de passer un bon moment !

Cependant, le film ne m’a pas autant séduit que je l’imaginais. Côté réalisation, j’ai trouvé qu’il manquait un peu d’émotions, mais surtout, de la tension dramatique des enquêtes signées Agatha Christie. Je m’attendais à un côté un peu plus dramatique, un plus électrique. Du même côté, la bande-son est agréable, mais pas franchement mémorable, et n’apporte pas grand-chose. Miser un peu plus là-dessus, faire moins de mises en scène aurait-il suffit à appuyer le propos ? Je n’en sais rien.

De la même manière, si le film est effectivement entraînant et facile à suivre, la résolution de l’enquête en pâtit et devient vite évidente. Pour preuve ; je ne connaissais pas l’histoire, et pourtant en l’espace d’une heure ou moins, j’avais déjà compris l’essentiel du dénouement.

Enfin, dernier point “négatif” qui n’en n’est pas vraiment un, parce qu’il est très personnel et donc constitue plutôt une touche d’humour (non.) : je suis ophiophobe, c’est-à-dire phobique des serpents. La simple évocation ou vision d’un serpent peut déclencher une véritable crise de panique chez moi… et durant le film une scène en particulier a été très traumatisante. Elle ne dure même pas dix secondes mais j’ai failli hurler dans le cinéma et j’ai eu mal à remettre pendant les quarante minutes suivantes !

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 6.png

Mort sur le Nil est un bon film, sans doute une adaptation fidèle, dont nous ne ressortons pas déçu ; Kenneth Branagh est excellent dans rôle d’Hercule Poirot. Tout au long du film, nous prenons plein la vue ; c’est un bon moment garanti, bien que la tension dramatique et l’émotion ne soient pas tout à fait au rendez-vous.  Légère touche d’originalité avec l’intrigue personnelle autour d’Hercule Poirot. La réalisation est efficace mais rend à mes yeux trop évident le dénouement final, ce qui est dommage dans le cadre d’un film policier, où le spectateur, inévitablement, cherche toujours à se creuser la tête pour découvrir le coupable avant le détective…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s