Mes Services Presse

La Porte des Sens, Robine Valdoste

Bonjour à vous ! Aujourd’hui, je vous retrouve pour un tout premier service de presse que j’ai eu la chance de découvrir grâce au site simplement.pro. Je remercie d’ailleurs les Éditions du Saule pour leur confiance, et d’avoir accepté que je critique « La Porte des Sens », de Robine Valdoste.

La description m’a tout de suite attirée dans un premier temps, laissant entrevoir une lecture douce et agréable pour l’été, avec une pointe d’érotisme, juste ce qu’il faut pour émoustiller les sens. Avant de vous dévoiler plus, je vous laisse découvrir le résumé :

« Le jour de son 35e anniversaire, au début de l’été 2017, Sarah assume de plus en plus difficilement sa solitude et s’interroge sur son pouvoir de séduction.

Elle décide de se ressaisir et réserve une semaine de vacances au soleil pour la fin de l’été, loin de son rythme métro-boulot-dodo parisien. Son séjour dans un centre de bien-être sur le Bassin d’Arcachon agit comme un détonateur ! Ses soins, pour le moins surprenants, proposent un parcours initiatique des sens. La jeune femme se révèle, apprend à découvrir son corps et tous les plaisirs qu’il peut lui procurer… ».

Avant toute chose, je tiens à préciser que ce livre est écrit à quatre mains, et honnêtement, cela se ressent dès les premières pages une fois que l’on sait cela. Deux styles d’écritures bien particuliers qui se mêlent l’un et l’autre et promeuvent un certain déséquilibre de la lecture…

Mon avis reste assez mitigé sur cette histoire, du fait de trop nombreux écueils d’écriture à mon sens malgré une histoire plaisante à lire.

Concernant les points négatifs, j’en ai relevé plusieurs qui jouent en la défaveur de ce roman. Les cinquante premières pages, j’ai été frappée par un évident problème de concordance des temps qui m’a tiré plusieurs fois de l’histoire ; impossible de démêler le présent et le passé. De la même manière, ce premier volet qui est essentiel à la mise en place de notre héroïne et de sa petite routine n’est pas toujours bien traité : il y a énormément de lourdeurs et de répétitions narratives et dialoguées pour des passages qui ne sont pas forcément utiles à l’histoire. À l’inverse, les auteures nous offrent peu de descriptions et de détails quant aux sentiments de Sarah et des tourments qui l’habitent. Cela reste imprécis, à peine évoqué, si bien qu’on a l’impression que l’intrigue s’écoule trop vite pour paraître cohérente et crédible.

La narration est confuse ; à plusieurs reprises, j’ai eu la sensation qu’il manquait des transitions et que des passages étaient sautés. Question typographie, il y a encore du travail à faire selon moi, ne serait-ce que sur l’ebook. Difficile de saisir les conversations sms, il n’y a pas de marques claires pour les délimiter… Certains dialogues restent naïfs et inutiles, sans grande saveur, s’apparentant plus à une succession de phrases qu’à un véritable échange.

Enfin, j’ai été perdue entre tous ces personnages, dont certains n’apportent rien à l’histoire si ce n’est des passages superficiels en plus. Je me suis retrouvée bien vite confuse entre toutes les conquêtes de Sarah ; Ben, Luc, Antoine, sans compter que les auteures ne nous laissent pas l’occasion de nous fondre dans les sentiments de Sarah. Sans vous spoiler la fin, j’ai été très déçue par le personnage masculin avec lequel elle termine, on ne le voit que très peu dans l’histoire et leur relation demeure lente, mal exploitée et développée. A contrario, celui auquel je me suis le plus attachée et avec lequel on sent une véritable alchimie disparaît subitement. Bref, je reste sur ma faim.

Dernière remarque concernant tous ces aspects négatifs, mais un certain extrait m’a particulièrement choqué dans ma lecture. Lorsque Sarah part dans cette cure à Arcachon, ses sens sont explorés et éveillés, avec pour conséquence de l’exciter. Je vous passe les détails, mais le directeur de l’établissement est finalement poursuivi par la justice pour avoir filmé ces séances… Il me semble que n’importe quelle femme se serait indignée, mais non ; Sarah, elle, minimise la chose, et en est même reconnaissance grâce à son épanouissement personnel. Comment ? Faire l’apologie du harcèlement sexuel serait la nouvelle tendance ? Cet extrait bref m’a vraiment remontée et choquée voire même écœurée.

Malgré de gros a priori et ces points négatifs, j’ai tout de même réussi à trouver un certain plaisir à la lecture de la porte des Sens. La fluidité naturelle du récit aidant à passer outre (et la conscience professionnelle obligeant…), j’ai apprécié le fait que l’héroïne soit une femme plus expérimentée — et en manque d’expériences — qui soit au centre du récit ; cela offre un petit renouveau dans un genre littéraire très marqué par le côté juvénile des personnages. Après les premières lacunes, on finit malgré tout par s’attacher à Sarah et son quotidien qui évolue sans cesse, s’épanouissant au rythme d’une vie qui ne lui convient plus. J’ai particulièrement aimé les scènes de sexe qui restent bien amenées, bien que pas suffisamment décrites à mon goût et trop brèves. Les auteures dépeignent en revanche très bien les paysages bordelais et parisiens, si bien que j’ai eu envie de m’y retrouver pour suivre les mêmes aventures que Sarah — enfin, les mêmes balades ! Pour le coup, j’ai sincèrement eu l’impression de voyager avec elle ; elle nous emmène dans un univers inconnu et exotique à travers la cuisine, la musique, les balades. On rencontre l’esprit convivial que l’on aime tant dans les chicklit et qui sied si bien aux Français — vive l’apéro et les repas entre amis ! Même si la fin est logique et plaisante, elle n’est pas entièrement satisfaisante.

En définitive, je n’ai pas été conquise par « La Porte des Sens ». Le titre n’est le reflet que d’une partie d’une histoire que j’ai trouvé mal amenée et mal décrite malgré une idée originale et très plaisante au départ. Selon moi, elle n’est pas assez aboutie, trop imprécise, encore confuse, et elle s’égare vers des chemins qui ne servent en rien l’intrigue principale – ni secondaire, d’ailleurs. Cela reste de la chicklit un peu érotique, donc cela peut se lire très facilement au bord d’une piscine ou durant quelques heures de libres : mais clairement, je ne la recommanderai pas à une amie en mal de lecture. Dommage ; le potentiel est joliment gâché par des maladresses narratives et syntaxiques !

Je vous retrouve le plus rapidement possible pour une prochaine critique ou pour un prochain SP que j’espère plus heureux pour ma part. Bonne soirée !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s